Dans vos mains / In your Hands

-Ma mère qui est enseignante m’a dit un jour, Enseigner c’est un beau métier mais c’est un métier dangereux

-dangereux ?

– Les enfants portent en eux un karma puissant qui peut détruire ta vie si tu ne t’occupes pas bien d’eux.

Aux enseignants, je dirais tout simplement « nous sommes dans vos mains ». Nous sommes dans vos mains, ce continent Africain est dans vos mains parce que nous vous confions ce que nous avons de plus cher. Nous vous demandons de les aimer, puisqu’il est maintenant prouvé que l’affection rend intelligent. Nous vous demandons beaucoup, nous vous demandons de donner à nos enfants ce que vous-mêmes des fois vous n’avez pas reçu.

Nous vivons dans un monde où tout change très rapidement. Nous vous demandons de préparer nos enfants à pouvoir fonctionner dans un futur que vous comme nous ne pouvons deviner. Il ne s’agit pas seulement de leur apprendre à lire, à écrire et à compter, cela nous le voulons bien mais en plus nous vous demandons de leur apprendre surtout être profondément humain, à pouvoir guider leurs parents. Nous vous demandons de leur apprendre à imaginer des solutions pour les problèmes qui vont surgir dans le futur. C’est beaucoup vous demander mais nous n’avons que vous pour le faire.

Nous reconnaissons que nos systèmes éducatifs traversent une grande crise. Durant la crise Ebola, lorsque le monde a compris que le nombre de malades dépassait le nombre de lits et le nombre de médecins disponibles, l’on a crié à l’urgence comprenant qu’il fallait agir rapidement.

Nos systèmes éducatifs sont dans un état d’urgence, tant d’enfants qui souffrent dans les rues et même dans les écoles. Les besoins sont criards en enseignants compétents et aimants, en matériel de qualité et en institutions adéquates dans des pays à populations très jeunes. Pour gérer une telle situation nous avons besoin que chacun s’engage pour apporter des solutions dans l’éducation ainsi, les parents, les grands-parents, les retraités, les jeunes doivent soutenir les éducateurs innovateurs et courageux qui travaillent sans relâche pour qu’ensemble nous transformions l’expérience d’être un enfant ou un jeune Africain en 2015.

Une adaptation de mon discours présenté à Ségou le 21 février 2015 en présence du gouverneur de la région de Ségou, du maire de la ville de Ségou et du directeur de l’académie d’enseignement, des enseignants lauréats du prix d’excellence “Ciwara Lisent” des membres de l’académie des champions et du Duc Yoga club de Dakar, des membres de l’Institut pour l’éducation populaire , d’Ashoka Fellow Boubacar Doumbia du Ndomo des enseignants et les représentants de l’école Ciwara école source de changements .

My mother who is a teacher once told me, teaching is a great job but it’s a dangerous one

-Dangerous how? I asked

– Children carry within them a powerful karma that can destroy your life if you do not take good care of them.

To teachers, I would just say, “We are in your hands.” We are in your hands, the African continent is in your hands because we entrust you what we hold most dear, our children. We ask that you love them, since it is now proven that affection make us smarter. We ask a lot from you, we ask you to give our children what yourselves once have not received.

We live in a world where everything changes very quickly. We ask you to prepare our children to be able to function in a future you like us cannot even guess. We ask you not just to teach them to read, write and count, but in addition to it we ask you to teach them to be deeply human, to gain the capacity to guide their parents. We ask you to give them the capacity to imagine solutions for the problems that will arise in the future. It’s a lot to ask but we can only ask it of you.

We recognize that our educational systems are in deep crisis. During the Ebola crisis, when the world realized that the number of patients exceeded the number of beds and the number of available doctors, we all shouted to the emergency actions.

Our education systems are in a state of emergency, too many children are suffering in the streets and in schools. The needs for competent and loving teachers, quality equipment and adequate institutions are blatant in our countries with very young populations. To handle such a situation we need everyone to commit to provide solutions in education, everyone to be changemaker. We need parents, grandparents, retired folks and young people to join the brave an innovative educators who work tirelessly and together we will change the experience of being an African child in 2015

An adaptation of the speech I gave in Segou February 21, 2015 in the presence of the Governor of the Segou region, the mayor of the city of Segou and the representatives of the ministry of education, the winners of Excellent Teacher Award « Ciwara lisent » members of “Academie des champions”, the Dakar University Club Yoga, members of the Institute for Popular Education, Ashoka Fellow Boubacar Doumbia founder of Ndomo, and representatives of the Ciwara Changemaker school.

http://www.ndomo.net

http://iepmali.org

http://startempathy.org/schools

http://ashoka.org

http://tourisme-segou.com

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s