Ashoka Sahel @global entrepreneurship week

En Afrique comme partout ailleurs tout va très vite. Pour le meilleur comme pour le pire, es humains, les informations, les armes à feu et les virus se déplacent à une vitesse qui était inimaginable il y a quelques générations. Aujourd’hui nous pouvons être très éloignés les uns des autres physiquement mais nos vies ou nos survies sont de plus en plus liées. Il suffit que chacun de nous regardent les provenances de sa consommation de nourriture quotidienne. Les objets qu’il utilise et les habits qu’il porte pour s’en rendre compte.Les plus grands murs de ce monde sont entrain de se fissurés particulièrement les murs si solides qui séparaient le business du social. Il y a de plus en plus d’événements et de mutations sans précédents pour lesquels nous n’avons pas de références , dans l’économie comme dans la santé mais aussi dans le climat.

Les systèmes de gouvernance, les relations de pouvoir, les modèles d’exploitation et d’accumulation de richesses et les modes de consommation qui nous ont portés jusqu’ici, nous ont mené entre autres à un monde d’injustices, de violences et de souffrance pour une grande partie des gens. Il suffit d’écouter ou de lire les nouvelles d’après le PNUD 20% de la population mondiale détient 90% des richesses, les femmes gagnent 25% de moins que les hommes à compétence égale, 448 millions d’enfants souffrent d’insuffisance pondérale.

Pour répondre de façon adéquate et surtout pour trouver de nouvelles solutions, il ne s’agit pas de regarder les modèles anciens et de le recopier mais de pouvoir créer de nouvelles réponses, nous devons changer nous-même et créer de nouveau mode de fonctionnement. Nous ne pouvons pas utiliser les anciens outils et espérer un résultat différent. Nous devons non seulement trouver de nouveaux modes de travail mais aussi changer ce que nous mangeons portons ainsi que notre  relation avec les autres en particulier notre relations avec les plus pauvres, les enfants, les femmes, les personnes vivants avec un handicap,  les ruraux, bref les groupes minoritaires

En trente ans Ashoka a crée un champ d’action, un vocabulaire, un langage qui n’existait pas : l’Entreprenariat Social qui est aujourd’hui à la mode.

L’entreprenariat social c’est l’utilisation de qualité des entrepreneurs comme l’innovation, la créativité, la résilience, la patience pour résoudre les problèmes sociaux. Ici le bénéfice, le profit c’est le social. Il ne s’agit ni de faire du business et de faire un peu de social à côté ni de faire de la charité et créer quelques activités génératrices de revenus. Il s’agit d’utiliser un mode de fonctionnement des entrepreneurs dans le but de régler un problème social.

Depuis trente ans Ashoka a présumé que partout où il y a des problèmes, il  y a aussi des porteurs de solutions et parmi eux des entrepreneurs sociaux, des innovateurs, des individus avec une sensibilité aux problèmes sociaux, des personnes qui ne croient pas à la fatalité et des personnes qui ont échappé au cynisme mais surtout des personnes prêtes à mettre la main à la pâte, à beaucoup risquer pour faire arriver le changement social. Des personnes capables d’en engager d’autre et  d’inspirer le changement.

Nous avons donc cherché et trouvé plus de 3000 personnes dans plus de 70 pays avec la créativité, le courage et l’envie d’apporter des solutions, la résilience mais surtout avec une fibre éthique qui les guide vers le service. Il y a quelques années certains d’entre elles étaient traitées de folles aujourd’hui, elles sont portées comme des héroïnes comme Oulimata Thiaw, de l’association de  femmes de la réserve naturelle de Popenguine . Nous soutenons aussi des gens comme Antoine Sombié au Burkina Faso https://www.ashoka.org/fellow/antoine-sombié, Ibrahim Ag Igbaltanat https://www.ashoka.org/fellow/ibrahim-ag-idbaltanat au Mali, Salim Dara au Benin https://www.ashoka.org/fellow/salim-dara.

Aujourd’hui, elles sont  3000 à travers le monde et ces personnes proposent des modèles innovants qui ont un impact social.

Elles démontrent que l’on peut faire pousser du baobab comme 200 autres espèces de plantes forestières dans des jardins comme de la salade et changer les revenus  de  femmes  pauvres dans les  zones péri-urbaines.

Elles nous démontrent des rats peuvent être éduqués pour détecter les mines anti personnel.

Elles nous montrent que des personnes sourdes muettes peuvent être des experts et  enseigner la communication

Elles nous montrent que l’on peut faire revenir la forêt sur des terres dénudées pauvres  et latéritiques

Nous avons appris beaucoup de choses des innovateurs sociaux que ce soit autour de l’agro écologie que de l’économie des nutritives. Ils nous ont enseigné le rapport  direct qui existe entre ce qui est mis dans la terre et ce que l’on retrouve au niveau des  cellules, dans le corps des animaux et des humains, les liens entre agriculture, la santé, la nutrition et  l’économie.

Ils nous ont montré que la décentralisation et la démocratisation des services de base comme l’eau potable, la nourriture, la communication, sont nécessaire au développement humain. Ils proposent des indices de bonheur des modèles de participation politique inédits

Ashoka avons compris que dans un monde truffé de problèmes, dans un monde  où de nouveaux problèmes se posent tous les jours, dans un monde où les problèmes sont  divers et spécifiques  aux lieux et aux  groupes,  une  des meilleurs  façon  de  faire  face  est de  multiplier  les  porteurs  de solutions d’où ola  vision Chacun de nous créateur de changement . Ashoka travaille donc pour un  monde  où chacun a les capacités et l’opportunité d’apporter le changement. Aujourd’hui Ashoka a décidé de faire un focus sur  l’empathie :

Parce que plus d’un tiers des entrepreneurs sociaux Ashoka travaille avec les enfants, et la majeur partie pense qu’il faut travailler avec les enfants pour changer le monde

Nous aussi vu que plus de 90% des entrepreneurs Ashoka ont  eu  dans  leur enfance une expérience qui leur a permis de se voir en tant que créateur de changement,

Ashoka a appris que non seulement il fallait commencer tôt avec les enfants mais qu’il fallait commencer par leur permettre d’avoir des capacités d’empathie

Cette sensibilité qui permet d’écouter et de comprendre son entourage, cette  capacité d’analyser et de prendre  les  décisions, de s’impliquer, l’empathie permet de résoudre les conflits,  d’aligner les intérêts d’écouter de façon effective.

C’est donc de tous nos membres, de trente ans  d’apprentissage, que nous puisons  l’inspiration pour lancer un mouvement, pour rendre  aux gens la  sensibilité perdue en commençant  avec  les  enfants. Un des programme que nous déroulons est de chercher de  soutenir et de mettre en réseau des  écoles  primaires  qui donne les  bases qui feront  des enfants  des  créateurs  de changement.

Ashoka entrevoit un monde futur où les parents d’élèves, les enseignants, les politiques trouveront qu’il est important d‘éduquer les  enfants pour qu’ils puissent prendre des responsabilités plus tard de  changer le monde. Et nous savons que nos enfants nous surprendrons si nous leur offrons l’opportunité d’être éduqué autrement

 Puisque tout va très vite et que nos survies sont liées, puisque nous faisons face à de mutations sans précédents, puisque nous  avons aussi une foison de solutions  et  un mouvement qui utilise les principes de l’entreprenariat pour régler les problèmes sociaux, nous utiliserons l’énergie de cette vitesse de ces changements pour le meilleur. Nous avons comme mission de toucher chaque enfant, pour qu’il développe les capacités d’empathie pour qu’ils deviennent créateurs de changement. Nous bâtirons ainsi une nouvelle génération qui pratique l’empathie, un nouveau monde où les disparités seront réduites, où la créativité sera célébrée où l’on tient dans nos actions d’aujourd’hui la part de demain et l’on pense à la survie des petits enfants de nos petits enfants…

Contribution de  Coumba Toure  Each leader Ashoka Africa à la  Global Entrepreneurship Week organisé par Jokko labs

CCESAG  2013

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s